Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Découvrir Chastre / Géographie
Actions sur le document

Géographie

Géographie économique


Frontaliers de puis mille ans entre le Comté de Namur et le Duché de Brabant, Chastre et ses sept villages brabançons forment toujours aujourd’hui la limite méridionale de notre Province, contiguë à celle de Namur. Une Province toutefois récente qui, depuis le 1er janvier 1995 et par sa scission du Pouvoir de Bruxelles et de ses territoires flamands environnants, porter désormais fièrement le nom de Province de Brabant wallon. Au sein de celle-ci, l’entité de Chastre regroupe les villages de Chastre, Villeroux, Blanmont, Cortil, Noirmont, Gentinnes et Saint-Géry, et forme avec eux l’une des 27 communes à part entière de l’Arrondissement de Nivelles.
Désormais, plus autonome et dégagée du souci bruxellois qui enrayait la volonté fédéraliste de notre pays, la jeune Province à laquelle appartient notre entité chastroise permet à celle-ci de connaître un nouvel essor plus spécifique, qui se traduit déjà par un notable accroissement de sa population et par un rapide développement de son habitat. Le nombre d’habitants de notre Commune a ainsi progressé de 5630 habitants en décembre 1990 à 7241 habitants au Ier septembre 2012.
Bien qu’encore majoritairement peuplée de bourgs et de gros villages dits « nucléaires », reliés par un chapelet de sarts dispersés et de hameaux anciens, la Province de Brabant wallon voit autant s’étendre ses villes (Nivelles, Wavre, Jodoigne, Waterloo, Tubize, Ottignies-LLN) que la plupart de ses villages dont l’habitat souvent résidentiel empiète au fil des mois sur la ruralité agricole traditionnelle. Ainsi, combinant autant sa vocation nourricière de terre fertile en cultures céréalières et fourragères que sa logique historique contemporaine d’extension économique de la grande périphérie de la capitale de l’Europe, notre entité chastroise marie désormais les ambitions d’une jeune terre d’habitat et d’activité préurbains au respect fondamental de son environnement joyeusement verdoyant.
Partagés entre leur occupation d’une partie du plateau de Gembloux et leur amorce de la pénéplaine de Hesbaye qu’ils introduisent déjà doucement, les paysages calmes et largement ondulés de notre entité se situent à une altitude moyenne de 150 mètres au- dessus du niveau de la mer. Ils se voient en outre ponctués de plissements ou de collines au creux ou au sommet desquels s’agrandissent nos villages de Villeroux ou de Blanmont, tandis que celui de Chastre s’affirme comme étant le cœur administratif et économique moderne de sa Commune, de par la commodité de ses réseaux ferroviaire et routier qui le relient directement à Bruxelles et à Namur. C’est tout autour de son avenue centrale du Castillon que se regroupent désormais ses bâtiments communaux, ceux de son commissariat de police, sa gare, sa poste, ses écoles locales et de son premier nœud de commerces.
Bordée au nord par la commune de Mont-Saint –Guibert, à l’ouest par celles de Court-Saint-Etienne et de Villers-La-Ville, à l’est par celle de Walhain (et par la N4 desservant l’autoroute E 411 de Wallonie) et au sud par la Province de Namur et ses deux communes de Gembloux et de Sombreffe, l’entité de Chastre couvre une superficie de 3132 hectares. Celle-ci se compose d’une importante couche de limon très fertile, qui recouvre en maints endroits un sous-sol riche en quartzite dont l’extraction fournit jadis une activité prospère aux carrières de notre région. Sur le plan hydrographique, notre Commune est encore traversée par l’Orne (qui y reçoit les eaux confluentes du Ry d’Ardenelle, du Ry d’Ernage, du Ry de Perbais, du Ry des Lovières et du Nil) et par la Houssière (grossie des eaux du Ry du Grand Pré) qui s’y jette avant de rejoindre la Thyle, puis la Dyle et finalement l’Escaut.