Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Découvrir Chastre / Histoire / Village de Noirmont
Actions sur le document

Village de Noirmont

NOIRMONT


Tumuli, roi d’Espagne et Tour des Sarrasins


Fier de ses deux tumuli qui longeaient son antique voie romaine menant de Bavay à Cologne (voir aussi page 12), le village de Noirmont doit son nombre nom féodal à la traduction des mots latins « niger mons » qui en qualifiaient son aspect de mont sombre au XII siècle.


En 1184 déjà, le fiel de Noirmont appartenait aux seigneurs de Walhain, entre les mains desquels il resta jusqu’en 1363. Passant ensuite successivement aux de Sombreffe, de Berghes et de Juppleu, il fut vendu en 1625 à Pierre Daems, Bourgmestre d’Anvers et Seigneur de Martebise (à Diont-le-Mont), qui en agrandit avantageusement le château. Son fils-mort sans laisser de descendance – légua Noirmont en 1655 au chevalier espagnol Antonio Gallo d’Esculada en guise de récompense pour ses loyaux services rendus à l’armée. Trois ans plus tard, un décret de Philippe IV, roi d’Espagne et des Pays-Bas, éleva Noirmont au rang de baronnie.


Le village appartint ensuite, au XVIIIè siècle , à un général autrichien, le comte d’Arberg de Velengin. Pâtissant considérablement des affres du temps, le château de Noirmont fut entièrement rasé au XIXè siècle, hormis sa massive tour des Sarrasins qui lui survécut jusqu’en 1971.


L’église Saint-Pierre de Noirmont date de 1780 et renferme différentes pierres tombales anciennes, dont celle de la famille de ses seigneurs espagnols de Gallon, qui remonte à 1748.


Entièrement restaurée en 1994, la chapelle Ste Adèle renferme à nouveau une statue de sa sainte patronne, miraculeusement trouvée dans un grenier et qui remplace en tous points l’effigie initiale mais disparue de cette Sainte invoquée jadis pour la guérison des maladies oculaires.