Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Autres services / cultes / Les églises du Village / Gentinnes - Eglise Ste-Gertrude
Actions sur le document

Gentinnes - Eglise Ste-Gertrude

 EGLISE SAINTE-GERTRUDE

 

Communautés des Pères de Gentinnes

Histoire

 

Elle fut bâtie, comme de nombreuses autres, par l'architecte Emile Coulon. Elle a été construite sur un style néo-classique, à partir de 1863, et terminée en 1864. L'édifice contient trois nefs de cinq travées, avec un choeur à chevet plat (ça donne de beaux et larges combles, ça !) La tour quant à elle est plus ancienne, parce qu'elle est datée de 1784. Le bâtiment est de brique, avec quelques contreforts en pierre bleue, notamment à la tour. Elle est placée sous le patronage de Saint-Gertrude de Nivelles, comme à Hévillers. C'est une petite église assez banale, mais avec ses arbres au portail, sa placette et son intérieur esthétique, c'est un site des plus charmants de l'entité de Chastre.

Cette église est surtout connue pour ses fonts baptismaux, en pierre de Meuse, datant de la première moitié du XIIème siècle. Ce n'est pas l'objet de nos recherches, mais la sculpture ne manquant pas d'intérêt, nous en donnons une rapide description. Bien que l'objet soit très soigné, il n'est pas tout à fait complet. En effet, le socle n'est pas d'origine.
- La première face est ornée d'une tête de chimère. Elle est à l'envers. Il en sort de la végétation. Deux oiseaux, tête-bèche, picorent la végétation. Ils ressemblent à des corneilles, d'où éventuellement une représentation du monde rural de Chastre - encore faut-ils que les fonds proviennent de là, ce qui n'est pas évident vu que la pierre n'est absolument pas locale. Bien que ça ne soit pas facile à interpréter, on peut lire au sommet de la végétation la représentation d'une grappe de raisin.
- La seconde face comporte une tête de chimère de représentation assez proche de la première face. A côté, deux paysans sont au travail. L'un possède un pieu, éventuellement il travaille la terre ? Le second possède une serpette. On pourrait peut-être en déduire qu'il s'agit de raisin ou de vignes...
Les deux autres faces sont des variantes.
- La variante 'oiseaux' est minime, la représentation des oiseaux est juste un peu différente.
- La variante 'cultivateurs' est plus conséquente. Un agriculteur coupe la vigne avec ce qui ressemble à un grand couteau ou une épée. Il est tout seul.
Aux quatre coins supérieurs sont représentés les saints évangélistes : Matthieu, Marc, Luc, Jean. On trouve les représentations d'une vache (un boeuf), d'un homme portant un livre, d'un lion, d'un aigle dont la représentation est fort proche d'un corbeau !
L'ensemble, extrêmement homogène, est d'une grande beauté.
Comme le dit le curé Maréchal, il y a même eu une fois, quelqu'un qui est venu d'Autriche pour photographier ça ! Le défilé de photographes est incessant. On ne peut que le louer !

A propos du campanaire :

Le clocher, dont l'accès est rocambolesque (il faut à moitié démonter une porte), comporte trois cloches de facture identique. Ce sont des P. Bauwens-Goossens de 1955. Ce sont des cloches de dommage de guerre. Nous pouvons donc imaginer que trois anciennes cloches ont été enlevées en 1943. Sur l'inventaire De Beer, il s'agit de deux anonymes aux épigraphies gothiques très ouvragées, datant de 1886. Van Aerschodt ? La troisième n'est pas connue.

La décoration des cloches est tout à fait standardisée et conforme à la production Bauwens-Goossens. Le rinceau de cerveau est une végétation assez fine, un peu abstraite, dans lequel des anges avec épée semblent combattre. La frise sous-dédicace est d'inspiration gothique. La dédicace en robe est composée de grosses lettres romaines, de tracé soigné, bien qu'étant épais.
Ces cloches ne cachent aucunement le nom Petit & Fritsen et le nom de ville : Aarle-Rixtel, Hollande.

 

 

 

 

 

Gentinnes - Eglise Ste-Gertrude