Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Environnement / Espaces verts / Plantes invasives
Actions sur le document

Plantes invasives

Trois plantes invasives font l’objet d’un suivi particulier, à Chastre comme ailleurs : la Balsamine de l’Himalaya, la Berce du Caucase et la Renouée du japon.

La Balsamine est une jolie plante annuelle, dont la floraison rose a longtemps fait le bonheur des jardiniers amateurs. Elle se plaît dans tous les environnements, mais… La densité des populations empêche toute concurrence, supprimant les espaces où s’exprimait autrefois la flore indigène. Pire encore, lorsqu’elle a disparu, en hiver, les berges sont à nu, facilitant l’érosion et les inondations. Seul moyen de l’éradiquer, l’arrachage est pratiqué année après années par des bénévoles ou des professionnels, avant la montée en graine. N’hésitez pas à procéder vous-même à l’arrachage sur votre terrain, l’environnement vous dira merci.

La Berce du Caucase est plus dangereuse encore, mais pour l’homme en particulier. Sa sève est en effet photosensible, ce qui la rend brûlante sur la peau, au contact du soleil. Des brûlures au troisième degré ont déjà été enregistrées, méfiance. La seule option est de la couper au collet, juste au-dessous du niveau du sol. Mais ne prenez pas le risque de mener cette opération sans une combinaison complète, sans quoi vous risquez de graves lésions. Inutile, donc, de la passer à la débroussailleuse : les éclaboussures auront le même effet.

La Rénouée du Japon, enfin, est actuellement invincible. Elle occupe de larges surfaces, grâce à la particularité de ses racines, très longues et cassantes. Ainsi, le moindre petit morceau peut donner naissance à une nouvelle plante, qui se reconstituera un réseau racinaire. Propagée notamment pas les travaux d’infrastructures routières, en restant collée aux roues des engins de chantier, elle ne peut être combattue efficacement. La seule option est de confiner les populations dès qu’elles apparaissent, au moyen de bâches couvre-sol, de plantations denses ou d’arrachage très répété.